Dans la collection « Champ social »

 
couverture
Xavier Zunigo
La prise en charge du chômage des jeunes
Ethnographie d’un travail palliatif

Parution : 08/11/2013

ISBN : 9782365120340

Format papier
252 pages (14 x 22) 20.00 €

Format numérique
15.00 €
Commander Livre papier Lire en ligne Format PDF Format EPUB Accès libre Lire en ligne PDF EPUB
Depuis quarante ans, la lutte contre le chômage des jeunes est présentée comme une « prio­rité » sinon comme une « cause nationale ». Mais, si on considère les résultats, le constat d’échec s’impose : depuis le début des années 1980, le taux de chômage des jeunes stationne aux environs de 22 % et atteint plus de 50 % chez les non-diplômés. Cependant, l’incapacité des pouvoirs publics à réduire le chômage ne signifie pas pour autant que les politiques d’insertion sont inutiles.
Si les « travailleurs sociaux » – qui se confrontent aux difficultés de ceux qui accèdent, désarmés, au marché du travail – ne sauraient résoudre le problème du chômage, ils répondent, dans l’intimité des bureaux des missions locales et des salles surchargées des organismes de formation, à de multiples autres attentes. Leurs pratiques, au jour le jour, consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.) pour valider les prétentions professionnelles légitimes, indiquer les opportunités ouvertes ou fermées sur le marché du travail, certifier ou renforcer la valeur professionnelle accordée aux candidats, sanctionner et réformer les conduites disqualifiantes dans les entreprises.
Ce travail d’insertion participe à l’« étayage » du rapport au travail de ces publics et ne peut, en ce sens, connaître l’échec. Il s’avère même une modalité à part entière de la gestion publique du chômage des jeunes dans la mesure où ses effets contribuent à la construction du rapport au monde de ceux qui en bénéficient.
Xavier Zunigo est docteur en sociologie. Ses travaux scientiques portent notamment sur les jeunes, et les politiques publiques. Ils ont donné lieu à de nombreuses publications scientifiques, notamment un ouvrage sur le volontariat chez Mère Teresa à Calcutta. Il enseigne notamment à l’université Paris-Dauphine et à l’École normale supérieure et poursuit aujourd’hui ses travaux dans l’agence de recherche ARISTAT dont il est le fondateur.

Sommaire

Remerciements

Avant-propos

Introduction. Des dispositifs de socialisation secondaire
L’insensibilité des publics aux intentions socialisatrices
L’étayage du rapport au travail
Terrain, méthodes et stratégies d’enquête
Plan de l’ouvrage

Première partie
Institutions et acteurs de la lutte contre le chômage des jeunes

Chapitre 1. L’espace de gestion du chômage des jeunes
La « volonté de l’État »
« Il faut que les choses soient carrées »
La recherche de l’efficacité
La Mission locale : une institution centrale
Les « réalités du terrain »
« Dans la réalité, ce n’est pas comme ça »
La fiction du partenariat
Une évaluation problématique
Une reproduction sous contrainte
Un marché comme les autres
Une concurrence par les prix
Disqualification des ressources des petits organismes de formation
L’imposition de la logique administrative

Chapitre 2. Entre l’école et l’entreprise
Le « salut » par la formation
Les déterminants du devenir professionnel
Les incitations à se former
Un monde économique structurellement autonome
Une question économique
Des employeurs en difficulté
Un rapport d’extériorité

Chapitre 3. Les professionnels de l’insertion
Qui sont les professionnels de l’insertion ?
Un espace professionnel ouvert
Appartenance sociale et « personnalisme ordinaire »
La plasticité d’une profession
Points de vue sur les jeunes
Insertion professionnelle versus insertion sociale
Un travail politique ?
La politique sans intention
La politique autrement
Les limites structurelles du travail politique

Deuxième partie
Étayer le rapport au travail des jeunes faiblement qualifiés

Chapitre 4. Le renforcement du « sens de l’orientation sociale »
L’espace public de la Mission locale
Un ordre institutionnel souple
Politesse et normes de conduite
Un ordre de l’interaction négocié
Classer, orienter
Les stratégies des publics
L’établissement d’un compromis
La production du consentement
Une relation de confiance
Un sens du réalisme social
La projection dans l’avenir

Chapitre 5. La mise à l’épreuve du sens des limites
Les usages d’une formation
Un opérateur pratique
Le choix du métier
Se faire à sa position
L’ouverture et la fermeture des possibles professionnels
Les règles de la sociabilité
L’opposition des perceptions

Chapitre 6. L’étayage des dispositions socioprofessionnelles
Au service des entreprises
La concurrence pour les relations avec les entreprises
Les stratégies de construction d’un réseau d’entreprises
Entretenir le réseau d’entreprises
Une propédeutique au comportement en entreprise
La volonté de travailler
Des salariés modèles

Troisième partie
L’encastrement social des processus d’insertion professionnelle

Chapitre 7. L’usage des institutions
Deux figures de l’autonomie à l’égard des institutions
Le « bizness »
L’idéal de l’institution
Des centres de ressources
Une novice
Un expert
Obtenir satisfaction
Un inutile au monde
La culture de rue en action
Un stratège ordinaire

Chapitre 8. Les conditions d’efficacité du travail d’insertion
La pente de la trajectoire
L’acquisition de capital
Des diplômés sans valeur
« Sans le bac, c’est mort »
Le temps éphémère de la jeunesse en milieu populaire
« Quand on est jeune, on ne pense pas à plus d’une semaine »
« Un papier qui stipule qu’on sait le boulot, c’est l’idéal »
Avoir une vie normale
« Je voudrais un travail où je me sente bien »
« Ce qui compte, c’est la thune »

Conclusion. L’intériorisation du cours normal des trajectoires biographiques
Une socialisation d’étayage
Le sens de sa place
La déstabilisation du marché du travail

Bibliographie

up
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net
Graphisme : T–D