couverture
À la poursuite des illégaux
Politiques et mouvements anti-immigrés aux États-Unis
Parution : 25/10/2012
ISBN : 9782365120135
Format papier : 252 pages (14 x 20,5)
19.00 €

Format numérique
14.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format EPUB 

Accès libre

Lire en ligne 
PDF 
EPUB 
Les États-Unis se flattent d’être un pays forgé par ses immigrés, mais depuis le deuxième mandat de George W. Bush le thème de l’immigration est devenu une source de forte polarisation politique. Face à la présence de plus de 10 millions d’immigrés en situation irrégulière, dont plus de la moitié sont mexicains et 80 % latino-américains, la droite militante s’oppose frontalement à toute mesure de régularisation et prône des politiques nationales ou locales de surveillance renforcée visant à intimider et à éloigner des populations jugées « inassimilables ».
Au Congrès des États-Unis, la polarisation a mené à l’impasse : aucun projet de loi sur l’immigration, même favorable aux intérêts patronaux, n’a vu le jour depuis l’entrée en fonction de Bush. Démocrates et républicains ne se sont entendus que sur la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine. En l’absence de toute loi susceptible de « réparer » un système que tous s’accordent à dénoncer comme « déréglé », certains territoires – l’État frontalier d’Arizona montrant la voie – adoptent leurs propres lois visant à faciliter la poursuite des immigrés en situation irrégulière, sans craindre de promouvoir une forme de profilage racial, de constitutionnalité suspecte, menaçant tous ceux qui « ressemblent » à un immigré irrégulier…
Ce livre fournit le contexte sociologique et politique nécessaire pour comprendre les racines de cette crise, à l’échelle nationale mais aussi transnationale, les formes de répression et de stigmatisation qu’elle engendre et les résistances que suscitent les politiques en vigueur.

Sommaire

Introduction
Expulser 10 millions de « sans-papiers » ?
Note de terminologie

Chapitre 1. L’immigration comme enjeu international et transnational. Les États-Unis et leurs voisins du Sud
Le réalisme et son biais sécuritaire
Enjeux humains, acteurs multiples
L’immigration, enjeu « inter-mestic » ?
Pour une approche transnationale et systémique des politiques d’immigration
Production légale de l’illégalité et théâtre politique
Le contexte politique des mouvements nativistes
Le Mexique néolibéral exporte sa main-d’œuvre
L’ALENA, instrument de non-gouvernance
Nouvelles pistes transnationales : classe et État, race et colonialité

Chapitre 2. L’immigration irrégulière comme enjeu de politique intérieure : origines et logiques du tournant répressif
Acteurs d’État et acteurs de mouvements sociaux, une hypothèse
Genèse et genèses du tournant répressif
Le « système migratoire » post-1965
IRCA (Immigration Reform and Control Act, 1986) et ses contradictions
« Économie sans frontières, frontière barricadée  »
L’orientation répressive s’accentue : la loi de 1996
La militarisation de la frontière
Après le 11 septembre 2001 : l’immigration prise en otage par la sécurité nationale
L’immigration comme enjeu politique après 2001
Le tournant répressif de 2006 : le rôle de la branche exécutive
Raids, arrestations, expulsions
Poursuites judiciaires et détention des « illégaux »
La vérification des numéros de Social Security à des fins
de contrôle d’identité
« Border enforcement » : le Secure Fence Act de 2006
La nouvelle collaboration entre échelons fédéral et local :
du programme « 287 (g) » à « Secure Communities »
Jurisprudence et déconstruction de la souveraineté
de l’État fédéral
Le patchwork des politiques de répression dans les États fédérés
Le nativisme comme politique locale
De Bush à Obama : changements à la marge et continuité
Récits d’exclusion et d’inclusion

Chapitre 3. Le nativisme contemporain comme forme de racisme et comme mouvement politique
La désignation des immigrés en situation irrégulière
Restrictionnisme et « principes » selon P. Schuck
Le nativisme contre le « compromis culturel » selon A.Zolberg
Le racisme, les racismes
Racialisation des Mexicains et colonialité
Le nativisme contemporain : indifférence à la race et « réalisme racial »
Le nativisme, du discours au mouvement organisé
Pistes de recherche sur le nativisme politique contemporain

Chapitre 4. Enquête de terrain en Arizona, épicentre et laboratoire des politiques nativistes
Un été en Arizona (2008)
Tucson, ville (quasi) frontalière
Brady McCombs, reporter de la frontière
Celestino Fernández, mexicain de naissance et sociologue en Arizona
Au service de la première conseillère municipale d’origine mexicaine jamais élue à Tucson
Phoenix/Maricopa County, zone des dangers
Gabriella Sánchez, rescapée de la vie clandestine, doctorante, spécialiste des trafics humains
Sal Reza, organisateur et porte-parole des travailleurs immigrés journaliers
Héctor, travailleur au centre de journaliers Macehualli à Phoenix
Déchiffrer les relations immigrés-autochtones à Mesa, ville voisine de Phoenix
George Gascón, chef de police, adversaire de l’enforcement indiscriminé
Todd Landfried, militant démocrate en campagne contre la droite anti-immigrés
Les paradoxes du système migratoire selon un juge fédéral
Résistances et oppositions aux politiques discriminatoires

Conclusion. « Illégaux », nativistes, gouvernants et chercheurs. Quelques pistes de recherche
en guise de conclusion
Comment justifier le « droit de rester » ?
Système de migration et colonialité
Pour une sociologie des nativistes en chair et en os

Annexes

Réalisation : William Dodé