couverture
Minimal et Pop Art
Socio-esthétique des avant-gardes artistiques
Parution : 07/03/2013
ISBN : 9782365120210
Format papier : 288 pages (14 x 22)
24.00 €

Format numérique
19.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
L’art contemporain est un domaine d’investigation peu fréquenté par les sociologues. Quant aux historiens de l’art, ils privilégient des objets plus consacrés, évitant ainsi le risque de célébrer une expression artistique disqualifiée. L’indifférence des uns et des autres laisse ainsi le champ libre à une critique d’art « intéressée », qui ne cesse d’encenser la liberté créatrice d’une expression qui échapperait aux contraintes sociales, historiques et temporelles.
Contre ce refus d’historicisation et de contextualisation, ce livre tente de situer cette production artistique dans le cours de l’histoire de l’art et d’expliciter les conditions sociales de production des œuvres et des artistes. Il analyse les logiques esthétiques et sociales qui expliquent l’émergence des avant-gardes Pop et Minimale au cours des années 1960. Il examine la fabrique de la valeur artistique, les mécanismes de reconnaissance des artistes mais aussi la genèse des dispositions esthétiques et les logiques de prise de position des artistes dans l’espace des possibles artistiques. Déroulant le fil de l’histoire de l’art des années 1960 aux États-Unis et en Europe, il défend une socio-esthétique des avant-gardes artistiques qui associe analyse interne et externe.
Les non-spécialistes de l’art contemporain y trouveront un guide permettant de décoder un univers particulièrement hermétique. Les connaisseurs y trouveront des arguments en faveur d’une légitimation de cette création contemporaine.
Sommaire
Introduction
Quelle révolution esthétique ?
L’analyse formaliste
… articulée à une analyse sociologique

Chapitre 1. Les transformations du marché de l’art (1945-1960)
Vers l’essoufflement de l’expressionnisme abstrait
Les transformations du marché de l’art nord-américain entre 1945-1960
Castelli ou la rupture avec l’expressionnisme abstrait
Restany et le marché de l’art français
La bipolarisation du marché de l’art : pop versus minimal

Chapitre 2. La géographie des valeurs artistiques
Claes Oldenburg et le rôle de downtown
L’institutionnalisation de downtown
Le segment institutionnel et la trajectoire accélérée de Stella
La comparaison des modes de consécration : pop art/minimal art

Chapitre 3. Habitus et prises de position esthétiques
Une analyse systématique des partis pris esthétiques et des dispositions sociales (1958-1989)
Le pôle pop : un art accessible
Le pôle minimal : un art réservé
Le pôle intermédiaire : un art singulier

Chapitre 4. L’invention d’un nouveau médium : l’installation pop (1962)
Les installations pop ou la référence au monde ordinaire
Les limites d’une comparaison formelle entre Kienholz et Oldenburg
Trajectoire de l’artiste pop d’origine modeste

Chapitre 5. Une avant-garde radicale : les premiers objets minimalistes (1963-1964)
Anne Truitt, une précurseur(e) oubliée
Donald Judd versus Robert Morris
La lutte pour le monopole de la définition légitime du minimal art
Les enjeux formels de ces prises de position concurrentes

Chapitre 6. Entre pop et minimal art (1964-1965)
Le principe sériel au cœur du pop et du minimal art
La répétition publicitaire chez Warhol
La sérialité minimaliste chez flavin
Une posture intermédiaire « semi-figurative » : Artschwager

Chapitre 7. L’avènement d’une esthétique intermédiaire (1966-1968)
Le retour du segment institutionnel dans la construction de la valeur artistique
Le pôle sériel : Andre, Judd et Morris
Le post-minimalisme ou comment échapper au littéralisme

Chapitre 8. L’internationalisation des enjeux artistiques (1968-1972)
In situ et position internationale
Les pratiques hétéronomes et figuratives
Conclusion

Annexes
1. Chronologie
2. Les théories formalistes appliquées
à l’art contemporain
3. Liste des artistes de l’échantillon
4. Méthodologie : le corpus d’œuvres et d’artistes
5. Chronologie des innovations de 1958 à 1989
6. Espace des œuvres
Réalisation : William Dodé