couverture
Ordre monétaire ou chaos social ?
La BCE et la révolution néolibérale
Parution : 15/09/2006
ISBN : 2914968183
Format papier : 64 pages (11 x 17.5 cm)
8.00 €

Format numérique
4.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
Placés symboliquement à l’écart de l’espace public, rendus invisibles par leur extra-terriorialité par rapport aux champs politiques nationaux, les membres du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne n’en sont pas moins aux avants-postes d’une véritable entreprise politique et économique.
Au nom de la stabilité interne et externe de la monnaie, ils sont les garants tatillons de la "modération salariale", attentifs aux moindres signes de "dérapage inflationniste" venus du monde du travail.
Si le "plein-emploi" ne fait pas partie de leur mission constitutionnelle, ils ne sont pourtant pas indifférents à la situation des salariés : la BCE anime aujourd’hui, sous le nom de "réforme structurelle", une entreprise de précarisation généralisée susceptible, selon elle, de rétablir un fonctionnement correct du marché du travail.
Obsédée par les effets désincitatifs de la fiscalité sur l’emploi, la BCE prône, plus largement, l’abandon rapide de l’Etat social au profit d’une adaptation aux lois de la mondialisation financière.
Cet ouvrage, qui s’appuie sur une sociologie des acteurs de la politique monétaire, propose de placer la BCE au centre des enjeux des politiques néo-libérales et de leurs alternatives en Europe.
Dossier de presse
L. D.
L'Humanité, 16/09/2006
Le banquier central. Voici un personnage politique que les paparazzi ne traquent pas encore sur les plages. Ça ne saurait tarder ! Car c’est un acteur de tout premier plan des « réformes », un promoteur mouillé jusqu’au cou dans le programme néolibéral que nous vantent, à droite comme à gauche, les candidats à la candidature préférés des médias. La puissance de la Banque centrale européenne - à laquelle douze États ont totalement abandonné leur souveraineté monétaire - est aussi absolue aujourd’hui que le secret qui préside à Francfort aux décisions de ce cénacle. Pourtant la politique monétaire pèse de manière décisive sur le coût du crédit, les choix d’investissements, l’évolution des salaires, le niveau des profits, etc. Nourri d’informations précieuses et de propositions alternatives, ce petit ouvrage veut nous rappeler qu’en démocratie une banque ne saurait se mettre à l’abri du débat démocratique.
L. D.
L'Humanité, 16/09/2006
Réalisation : William Dodé